Illustration

Une école d’art ne forme pas que des artistes, elle ne forme pas non plus à un “métier” : nous essayons plutôt d’amener nos étudiants à trouver une manière d’être au monde.


Équipe pédagogique

Professeur titulaire : Anne Quévy
Assistante : Anne Simon
Professeur de l'orientation : Bruno Goosse


Contact

Titulaire du cursus
Anne Quévy


Vidéo


ArBA-EsA et après ?“ : Rencontre avec des ancien.ne.s étudiant.e.s du cursus illustration :
Anne Herbauts, Camille Nicole, Chloé Perarnau, Fanny Dryer, Sauzanne Arhex et Stéphane Ebner


Présentation

Illustrer, c’est procéder à un travail personnel de recherche et d’imagination qui respecte un ensemble d’impératifs imposés ou sollicités et qui use, pour traduire cette investigation en images, de techniques appropriées, largement développées.

Apprendre l’Illustration ou les paradoxes d’une pédagogie

Une pédagogie de l’illustration se doit de prendre en compte le caractère essentiel de communication de cette discipline et les conflits qu’il présuppose, mais en le transcendant en règle du jeu, celui de l’élaboration d’une œuvre, personnelle en dépit de la règle. Seules une certaine culture, une sensibilité à l’humain, une réticence critique immanente peuvent délivrer du conformisme des modes. L’atelier d’illustration est, au travers de la diversité de ses expérimentations techniques, plastiques et en contrepoint de ses informations sur l’actualité du graphisme, sous-tendu par cette préoccupation. Il familiarise par ailleurs à une autre diversité, celle des débouchés: du livre au magazine, du didactique à l’imaginaire... La “croisée des possibles”.

L’intégration à une structure

L’Illustrateur est un artiste à part entière et l’Académie se doit de compter son art parmi ses disciplines. La structure collective des ateliers offre un champ de discussions, de confrontations et de jugements qui préparent aux stratégies du métier.

Les moyens d’une révélation

“Rien ne peut être appris qui ne soit déjà connaissance cachée... Tout enseignement est révélation” Sri Aurobindo. Et parce que notre enseignement se veut “révélation”, il importe qu’au départ nous décelions peu ou prou cette connaissance cachée dans le futur étudiant. Si cette prédisposition n’existe pas, sa révélation reste impossible quelle que soit l’habileté de l’enseignant...

Il y aura donc des chemins à emprunter, des passages obligés, des objectifs qu’un atelier d’illustration doit toucher par ses activités.
A la base, la curiosité visuelle doit être développée mais surtout aussi une manière de voir qui aille, s’il se peut, de la chose “vue” à la chose “sue”. L’habileté manuelle doit être exercée, affinée, en vue d’une réponse correcte, presque instinctive, à tout désir d’exprimer.
Nous savons qu’il est important d’éprouver les rapports du texte à l’image et de l’image au texte, jeu délicat qui va trier, dans un fonds culturel personnel d’images, celles qui s’accordent au perçu du discours. Nous savons encore que toute improvisation est dangereuse et que l’étudiant doit s’exercer à élaborer un projet personnel dans les limites d’impératifs donnés, à la fois sans y perdre son originalité et son plaisir de création, et sans trahir ces impératifs. Apprentissage du compromis.
Le projet sur la table, toute une réflexion critique doit peser sur lui, sur sa valeur, sur son devenir, sur les alternatives d’exécution... L’illustrateur doit aussi se familiariser à cet exercice.
Le développement de ce sens critique aidera à l’appréciation personnelle du travail effectué ou à la prise de conscience des capacités spécifiques individuelles. La transmission d’une attitude importe autant que celle d’un savoir-faire.

Chemins, passages, objectifs: n’y en a-t-il pas d’autres que ceux suggérés ici? Si, sans doute : à l’occasion de nouvelles carences, au fil des activités, au gré des individus, ou devant de nouvelles exigences du monde de l’image, il faudra fourbir d’autres outils...
Selon ce que l’étudiant veut exprimer, tout l’enseignement vise à lui donner les moyens de le traduire par le truchement d’une image lisible, communicative, dans le respect du public auquel elle est censée s’adresser, respect des exigences ou, plus tacitement, du statut de ce public. Et tant mieux si, de surcroît, l’illustrateur trouve une part de bonheur dans la réalisation de cette image et si, de présumer déjà qu’elle va être vue, comprise, appréciée, il tire une heureuse satisfaction. Plaisir de créer, plaisir de communiquer: plaisir de l’Illustration.


Programme

Bac 1

    Le cours vise à ce que l'étudiant :

  • se familiarise avec les outils, techniques et supports propres à la poursuite d'un cursus artistique
  • développe des dons d'observation et d'expression
  • engage un jeu de questions et de réponses plastiques qui détermineront l'élaboration d'un projet personnel
  • comprenne les fonctionnements d'une image de communication
  • soit capable de mener une réflexion sur le rapport texte/image
  • ordonne et articule ses idées de manière claire afin de placer la question du sens au centre de son travail
  • apprenne à reconnaître le processus de création : puisse identifier les choix auxquels il est confronté dans sa mise en œuvre et prendre conscience de leurs enjeux éthiques, plastiques et narratifs.

Bac 2

    Le cours vise à ce que l'étudiant :

  • expérimente les outils, techniques et supports propres au développement de son projet
  • engage un jeu de questions et de réponses plastiques qui détermineront l'élaboration d'un projet personnel
  • comprenne les fonctionnements d'une image de communication
  • soit capable de mener une réflexion sur le rapport texte/image
  • ordonne et articule ses idées de manière claire afin de placer la question du sens au centre de son travail
  • apprenne à reconnaître le processus de création : puisse identifier les choix auxquels il est confronté dans sa mise en œuvre et prendre conscience de leurs enjeux éthiques, plastiques et narratifs
  • développe une méthodologie de travail
  • aborde la production d'un récit en tenant compte de la complémentarité de l'image, du texte, de la mise en page et du support
  • initie un travail d'auteur/illustrateur

Bac 3

    Le cours vise à ce que l'étudiant :

  • maîtrise les outils, techniques et supports propres au développement de son projet
  • comprenne les fonctionnements d'une image de communication
  • soit capable de mener une réflexion sur le rapport texte/image
  • ordonne et articule ses idées de manière claire afin de placer la question du sens au centre de son travail
  • reconnaisse le processus de création : repérer les choix auxquels il est confronté dans sa mise en œuvre et prendre conscience de leurs enjeux éthiques, plastiques et narratifs
  • produise un récit en tenant compte de la complémentarité de l'image, du texte, de la mise en page et du support.
  • allie une image "d'expression personnelle" à une image de "communication"
  • développe un travail d'auteur/illustrateur

Master 1

D'une manière générale, le cours vise à conduire l'étudiant vers une autonomie en lui permettant de développer un projet illustratif original et cohérent d'écriture et/ou d'images en tenant compte des contraintes culturelles, sociales, économiques et éditoriales. Il s'agit d'affirmer une position d'auteur/illustrateur en confirmant sa pratique graphique et/ou plastique et en situant son travail culturellement.

Master 2

D'une manière générale, le cours vise à conduire l'étudiant vers une autonomie, une entrée dans la vie professionnelle ou à le préparer à un travail de recherche théorique.
Il doit pouvoir développer un projet illustratif original et cohérent d'écriture et/ou d'images en tenant compte des contraintes culturelles, sociales, économiques et éditoriales. Il s'agit d'affirmer une position d'auteur/illustrateur en confirmant sa pratique graphique et/ou plastique et en situant son travail culturellement. De plus, en fin d'année, il devra procéder à une présentation spatiale pertinente de son travail.
L'étudiant doit pouvoir maîtriser forme et contenu au niveau conceptuel, artistique, technique et théorique.


Épreuve d'admission

Épreuve d'observation : sélection par le candidat de différents lieux dans l'enceinte de l'Académie, représentation de ceux-ci de manière expressive (importance du cadrage, des ombres et des lumières).

Épreuve d'imagination : un dessin sur un thème proposé par le professeur (esquisses des différentes variantes et mise en couleur).

Epreuve d'analyse : analyse du rapport texte/image dans une double page proposée au candidat.

Conversation : évaluation des acquis culturels et de la motivation.

Matériel : Un bloc de feuilles (format Din A3 min.), quelques feuilles destinées à la mise en couleur (Din A3 min.), crayons de graphite et matériel personnel (fusain, crayons de couleur, gouaches, aquarelles, pastels...)

Pré-requis à l'admission :

Bac 1

L'étudiant doit être un "bon lecteur" sensible à l'image narrative et à son rapport au texte et en plus être animé lui-même par le désir de "(se) raconter".

Bac 2

L'étudiant doit être un "bon lecteur" sensible à l'image narrative et à son rapport au texte et en plus être animé lui-même par le désir de "(se) raconter". Il doit maîtriser un éventail de techniques assez large.

Bac 3

Il est nécessaire que l'étudiant ait une compréhension et une pratique du récit (narration) et qu'il soit animé par le désir de "communiquer" et de "(se) raconter". De plus il doit témoigner d'une bonne compréhension de l'image narrative et maîtriser un éventail de techniques propres à la réalisation de son projet.

Master 1

Il est nécessaire que le candidat ait une compréhension et une pratique du récit et de l'illustration (une présentation de réalisations probantes sera demandée), qu'il soit animé par l'envie de "communiquer" et de "(se) raconter". Il doit témoigner d'une bonne compréhension de l'image narrative et maîtriser un éventail de techniques propres à la réalisation de son travail.

Master 2

Il est nécessaire que l'étudiant ait une compréhension et une pratique du récit (narration) et qu'il soit animé par l'envie de "communiquer" et de "(se) raconter". Il doit témoigner d'une bonne compréhension de l'image narrative et maîtriser un éventail de techniques propres à la réalisation de son projet. Il est souhaitable qu'il puisse présenter le projet narratif sur lequel il désire s'engager.


Collaborations

  • Partenariat avec le “Festival Picture !” workshops, conférences, expositions...
  • Partenariat annuel avec le Créahm (Bruxelles) : workshops avec des artistes du Créham en situation de handicap mental.